1

Je me suis fait virer de mon boulot – Épisode 3

Rouages de l'administration

Bonjour le Monde !

Voici le 3e épisode de cette série partageant une expérience de perte d’emploi à 60 ans en Belgique.

Vous pouvez retrouver tous les épisodes en cliquant sur cette phrase-ci !

Étant maintenant en période de préavis, l’inscription à l’organisme d’Outplacement (LHH dans mon cas) devient effective et permet enfin l’inscription aux différents cours d’aide à la recherche d’emploi !

Pour moi, je bénéficiais déjà d’un accès limité à l’outplacement depuis début janvier mais il a fallu plus d’une semaine après le 1er jour de préavis pour avoir l’accès complet au programme !
Raison invoquée: c’est géré aux US et ils ne sont pas pressés … Mon coach a pu m’inscrire aux 4 premiers cours qui m’intéressaient puis j’ai pu continuer moi-même…

Alors, si vous êtes un peu perdu et/ou toujours en crise de confiance en vous depuis le licenciement et/ou en colère, je vous conseille fortement de suivre d’abords les sessions orientées justement sur la confiance en soi, l’image de soi, la résilience, comment voir ses talents et quelques autres qui vous permettrons de « rencontrer » d’autres personnes dans différentes situations mais aussi en parcours de recherche d’emploi et de petit à petit vous sortir de cet espèce de manque d’envie de faire quoi que ce soit tant tout est si lourd…

Si tout est clair dans votre tête et que le moral va bien, je vous conseille de commencer par les cours expliquant comment produire un CV et une lettre de motivation au goût du jour et gérer LinkedIn et les autres réseaux sociaux.
Le cours sur le réseautage est aussi très intéressant; le réseau est cet ensemble de personnes que vous avez croisées au cours de votre carrière et qui pourraient vous aider dans vos progrès et même parfois vous proposer un job.
Les formations sur l’image de soi (Branding) et les Talents (Compétences) sont bien également.
Il y a aussi des cours pour savoir comment créer sa propre entreprise; pour ceux-là, il faut faire attention qu’ils traitent bien du sujet pour votre pays (Belgique, France ou Suisse Romande).

Au premier cours, on n’ose en général rien dire mais on se prends très vite au jeu et les cours deviennent plus interactifs et plus efficaces même si actuellement en distanciel (vidéo-conférences). Il est aussi permis d’assister plusieurs fois au même cours.

Je vous partage ici des trucs intéressants appris dans mes cours d’Outplacement et qui pourraient servir tôt ou tard…
Cet article reprend des choses parfois déjà connues mais pas que et peut servir de point de départ à d’autres discussions avec vos proches et amis, votre coach en outplacement, votre réseau ou les condisciples des cours.

Actuellement, il faut créer 2 CV:

Il est bon de se renseigner sur les sociétés sollicitées afin de mettre les bons mots (mots utilisés dans le secteur d’activité) dans les 2 types de CV et pour avoir un minimum de connaissance sur la société en cas d’entretien d’embauche:

Pour avoir une idée des salaires utilisés et/ou à demander:

Pour vous aider avec les mots-clés, voici 2 sites intéressants; il faut copier/coller une annonce d’emploi et voir ce qui ressort comme mots-clés; puis faites un copier/coller de votre CV (les 2 types) et voyez si il y a suffisamment de mots-clés similaires qui ressortent, si ce n’est pas le cas, il faut réviser les CV.

En Belgique, un CV ne doit pas faire plus de 2 pages (en Allemagne, il peut faire 20 pages) et la question de mettre ou pas une photo dépends du secteur d’activité convoité et de vous mais si vous joignez une photo de vous, il faut qu’elle soit de très bonne facture sans éléments de décor, montrant votre visage souriant et de préférence un sourire où on voit les dents…
Pour vous aider à savoir ce que des gens pensent de votre photo de CV et de profil des sites (LinkedIn et autres), vous pouvez utiliser Photofeeler où les membres commenteront votre photo sous différents critères:

Si vous êtes inscrit sur un programme d’Outplacement (ici LHH) payé par votre ancien employeur, vous avez souvent aussi accès à différents outils normalement payants comme LinkedIn Learning ou les infos de sociétés sur D&B Hoovers par exemple…

Il y a évidemment moyen de trouver beaucoup de ces cours sur Internet même en gratuit mais c’est beaucoup plus compliqué et prend beaucoup de temps surtout pour avoir une qualité correcte et une certaine cohérence. Encore une fois, cherchez ce qui correspond à votre pays !
LinkedIn en propose quelques-uns…

Voilà, jusqu’à la prochaine !

Li P’ti Fouineu vous salue bien !

 




Je me suis fait virer de mon boulot – Épisode 2

Rouages de l'administration

Bonjour le Monde !

Voici le 2e épisode d’une saga de licenciement économique après 34 ans de carrière.

S’il s’agit bien d’un licenciement qui me fait râler, l’ancienneté fait que l’indemnité de rupture permet de voir venir pendant un peu plus de 2 ans et cela n’a donc pas grand-chose à voir avec une grosse catastrophe comme peuvent la vivre beaucoup trop gens même dans notre pays.

Le 1er épisode parle de la notification de licenciement, décrit le plan social de la société et donne quelques informations sur la durée du préavis et le montant de l’indemnité de rupture quand le préavis ne doit pas être presté.

Ma période de « handover » d’un mois pour terminer mes tâches et projets s’est bien déroulée et ce d’autant mieux que je n’étais pas en colère contre mon employeur.

Certains m’ont demandé « Comment est-ce possible d’accepter un tel licenciement ? »

Personnellement, lorsque j’ai signé mon contrat chez Digital Equipment (DEC) en 1986, je n’ai jamais cru que je resterais plus de 5 ans dans une de ces sociétés américaines sachant que ces sociétés n’aiment pas les « vieux » et qu’on est en permanence à 5 minutes de la porte de sortie. J’ai donc accepté ces faits par avance en n’espérant pas de miracle et c’est sans doute ce qui explique ma relative facilité à accepter ce licenciement… La 2e explication est bien sûr que je ne me retrouve pas directement sans le sou ni avec un prêt à payer.

Oui mais quand même, « 34 ans » ! En fait, au sein de la société, j’ai changé de travail à peu près tous les 5 ans pour évoluer dans des boulots très différents comme:

  • Je passe mes premières années en travaillant comme dépanneur sur route.
  • Je fais ensuite successivement partie de 3 groupes de support téléphonique pour différent produits y compris au niveau européen. On est venu me solliciter pour 2 de ces 3 groupes.
  • Puis on est venu me chercher pour travailler chez un client (industrie du verre) comme responsable pour la messagerie électronique et avec une douzaine de collègues pour gérer le helpdesk, le labo et les systèmes informatiques (serveurs, PC et imprimantes) d’une quinzaine d’usines implantées en Europe.
  • Ensuite, après 9 ans chez ce client, j’ai saisi une opportunité dans un autre département pour faire l’installation et la configuration de systèmes très spécifiques d’archivage de données et de travail en grappe pour fichiers et bases de données (cluster) pour toute l’Europe et le Moyen-Orient; je voyageais 3 semaines par mois à cette époque.
  • Enfin, on est à nouveau venu me chercher pour passer consultant technique pour le département  Storage Engineering (niveau mondial) étant bien expérimenté dans le produit d’archivage dont la société souhaitait promouvoir la vente à plus grande échelle. Avec cette même équipe, on s’est occupé de plusieurs autres nouveaux produits de stockage de données en pilotant des phases de test en clientèle, la formation des avant-ventes et le support.

J’ai donc eu la chance d’exercer des boulots très variés et intéressants, le tout pour « 4 sociétés différentes » puisque Compaq a racheté DEC en 1998, HP a racheté Compaq en 2002 (heu pardon, HP et Compaq ont fusionné) et enfin en 2015, HP s’est divisée en HPE (Hewlett-Packard Entreprise) et HP Inc (PC et imprimantes).
C’est vrai que j’ai gardé le même contrat de travail (et mon ancienneté) tout au long de ces 34 ans.

Je dois avouer que j’ai passé cette période de handover un peu comme des vacances (dont 15 vrais jours de vacances)…

La période de redéploiement de 2 mois prévue par le plan social est bien vite passée !

Dès janvier, j’ai pu bénéficier de quelques discussions avec un coach et des webinaires (cours via Internet) donnés par la firme de Outplacement (LHH) sur différents sujets comme la confiance en soit, son image de marque, déterminer ses talents, découvrir l’importance du réseautage et voir comment éventuellement créer sa propre entreprise.

Le Outplacement est un service d’aide à la recherche d’emploi négocié par le plan social et payé par l’employeur. Vous devez suivre un certain nombre d’heures sur une période donnée afin de conserver vos droits au chômage.
Il risque d’y avoir un soucis si vous êtes engagé très vite, puis licencié à nouveau avant 1 an. L’Outplacement peut être suspendu pour une durée de 3 ou 6 mois si vous trouvez un nouveau boulot; vous pouvez reprendre l’outplacement si ça ne marche pas (que ce soit votre décision ou pas). Si vous deviez perdre votre nouvel emploi après la période de suspension du Outplacement mais avant le 1 an fatidique, vous devrez refaire un stage d’attente au chômage avant de pouvoir bénéficier d’une allocation de chômage… Ça me semble débile aussi renseignez-vous bien sur les conditions de votre Outplacement.
Dans mon cas, je dois suivre 60 heures de cours étalées sur 12 mois; si je les suis plus tôt je suppose que ça peut me prémunir contre le risque évoqué ici.

J’ai consacré une partie du temps de redéploiement à acheter une voiture d’occasion (ouch, ça fait mal mais j’ai pu le faire) et à contacter 2 sociétés partenaires avec qui j’ai travaillé récemment. Nos discussions sont toujours en cours (les 2 sociétés étant intéressées par ma candidature spontanée pour des nouveaux postes qui sont en cours de création, ces 2 sociétés sont en progression constante et rapide sur le marché. On verra bien ce que ça donnera… ou pas.

Pour ces deux sociétés me connaissant déjà, mon CV rapidement refait en décembre suffit mais il ne suffit absolument pas pour une recherche d’emploi plus générale (c’est pourquoi il n’est pas encore publié sur mon blog ni ailleurs).

Une autre partie du temps de redéploiement a été utilisée pour ré-organiser mon poste de télé-travail à mon domicile et à préparer ma voiture et mon PC de société pour les rendre à la fin du mois de février. Les rendez-vous avec HPE pour le PC et les badges d’accès ainsi qu’avec la société de leasing se sont bien déroulés également.
Les gens du département des ressources humaines que je connais bien ont retrouvé ma lettre de motivation et le test d’aptitude technique de mon engagement initial en 1986 et me les ont rendus; c’est trop drôle !

Enfin et non des moindres, une dernière partie de ce temps m’a permis de communiquer avec mes proches et de mieux expliquer ce qu’il m’arrivait car certains, pas au courant des détails, n’osaient plus me contacter de peur de faire des gaffes ! C’est ma compagne qui s’est rendue compte de cela, jusque-là je pensais que tous savaient mais c’était une grosse erreur.

J’ai aussi été contacté par des anciens collègues dont certains continuent super gentiment de me proposer à des recruteurs potentiels malgré que mon profil LinkedIn, Indeed, Monster et autres ne soient pas encore prêts pour être utiles et efficaces (c’est là que la majorité des recruteurs essaient de voir à quoi les candidats ressemblent). Le compte Facebook est tout aussi important. Une bonne gestion des ces comptes montre que vous maîtrisez les outils modernes.

J’ai également reçu des dizaines de mots gentils de la part d’autant d’anciens collègues. J’ai compilé ces petits mots pour me faire un bon souvenir bien sûr mais aussi pour conforter ce que je pense de moi-même !

J’ai commencé ma période de préavis non presté le 1er mars !

Depuis lors, mon inscription au Outplacement LHH est complète et j’ai enfin accès aux cours plus utiles à mes yeux comme le CV et la gestion de LinkedIn ainsi qu’à d’autres outils intéressants.

Je vais pouvoir mettre mes profils de recherche d’emploi à jour et me lancer vraiment dans une recherche active !

L’inscription au FOREM ou autres n’est pas obligatoire pendant le préavis car ayant une rémunération de l’employeur (salaire en préavis presté ou indemnité de rupture en préavis non-presté) mais peut éventuellement se faire comme chômeur sans demande d’allocation de chômage. Ne mentionnez jamais que vous avez reçu une indemnité de rupture car certains employés du FOREM peuvent se tromper sur ce point et suspendre administrativement vos allocations (oui, oui, celles que vous n’avez pas encore) et c’est la croix et la bannière pour corriger ça !
Il vaut donc mieux s’inscrire au chômage en fin de période de préavis si vous n’avez pas trouvé de nouveau boulot pour demander de percevoir une allocation de chômage.
Il est TRÈS fortement conseillé de s’inscrire auprès d’un syndicat et de leur demander de faire cette inscription au chômage pour vous afin d’éviter tout problème à ce niveau !!!

L’indemnité de rupture et l’éventuelle prime additionnelle faisant partie du plan social doit vous être versée dans les 30 jours suivant votre 1er jour de préavis.
L’indemnité de rupture est taxée à la source de la même façon et valeur que votre salaire. C’est moins clair pour la prime du plan social.

En période de préavis, vous êtes toujours payé par votre employeur et le C4 ne doit pas vous être remis 3 jours ouvrables avant le 1er jour de préavis comme je l’indiquais par erreur dans l’épisode 1 ! Je vais corriger cet article.
Votre C4 doit par contre être en votre possession pour que vous puissiez vous inscrire au FOREM (ou autres) via votre syndicat comme demandeur d’emploi avec demande d’allocations de chômage cette fois.
Certains recruteurs vont demander la raison de votre licenciement; cette raison est inscrite sur votre notification de licenciement et/ou sur un des documents que vous avez signés. Dans mon cas, mes papiers officiels sont en flamand et ce n’est pas toujours simple à comprendre. C’est d’ailleurs une des raisons pourquoi j’aimerais si possible ne plus travailler en région flamande !
Un(e) Flamand(e) venant travailler en Wallonie doit connaître la même difficulté stupide. Le langage légal est tellement facile à comprendre que je ne comprends ABSOLUMENT pas pourquoi on ne peut pas demander d’avoir ses papiers officiels dans une des 3 langues officielles en Belgique ! Quelle connerie la guerre, Barbara !

Lors des cours de l’Outplacement, pas mal d’informations très utiles nous sont communiquées et l’épisode 3 de cette saga y sera consacré pour contrebalancer cet article un peu trop « moi je » et ne pas le rendre trop long !
Qui a dit qu’il était déjà trop long ? J’aurais facilement pu faire pire vous savez !

Li P’ti Fouineu vous salue bien !

 

 




Je me suis fait virer de mon boulot – Épisode 1

Rouages de l'administration

Bonjour le Monde !

Voici une nouvelle saga auto-biographique que je partage avec vous en espérant que cela pourra aider quelques personnes !

Avertissement: les informations publiées ici le sont de bonne foi mais elles peuvent être erronées ou différentes pour votre cas personnel.

Quand vous travaillez pour une multinationale américaine vous savez que vous êtes en permanence à 5 minutes de la porte. Il en est de plus en plus de même avec toutes les grosses boîtes belges (si il en reste) et européennes.
Celle où je travaille a récemment décidé unilatéralement de prolonger le congé parental bien au-delà des dispositions légales, de permettre le retour de congé de maternité ou paternité ainsi que le départ à la retraite (pour ceux qui y arrivent) de façon partielle. Ces nouveaux avantages sont tout à l’honneur de la société et permet aussi d’attirer de « bons » candidats (c’est de bonne guerre).

Cette saga raconte les mésaventures d’un employé temps plein ayant 34 ans d’ancienneté se faisant virer à 6 ans de la pension pour restructuration économique que le COVID a plus que probablement précipitée !
Notez que je n’entretient aucune rancœur envers mon (ex)-employeur et que ce que je vais publier ici ne sert qu’à documenter le cheminement administratif à suivre lors du licenciement « régulier » d’un employé.

Les mécanismes étant complètement différents pour le régime ouvrier, je ne sais malheureusement pas en parler ici. Dans ce cas, je ne peux que conseiller de prendre immédiatement contact avec un représentant syndical.

  • Notification de licenciement reçue le lundi 30 novembre durant une conférence téléphonique.

La notification de rupture de contrat faite par un employeur doit normalement se faire via visioconférence, courrier recommandé avec accusé de réception ou par exploit de huissier sous peine de nullité au plus tard 3 jours avant le début du préavis. Source.

Ajout du 16 mars 2021
Demandez que la version de la notification signée entre vous et le responsable des Ressources Humaines mentionne la raison de votre licenciement. Cette information vous sera souvent demandée par les recruteurs mais l’employeur n’a pas l’obligation de vous la fournir si vous ne la demandez pas; il sera par contre obligé de le mentionner sur le C4 mais celui-ci peut vous parvenir plus tard.

Le document C4 doit vous parvenir avant que vous ne deviez faire votre demande d’allocation de chômage puisque le chômage le demandera (donc vers la fin de votre période de préavis au plus tard).
Le C4 et la notification de rupture sont 2 documents distincts.
Fin d’ajout

Sans plan social dans la société ou sans accord négocié, les avantages en nature sont supprimés immédiatement: voiture et PC de société, chèques-repas, eco-chèques, bonus éventuel, GSM, Internet, Indemnité de transport, etc…
Dans mon cas, je bénéficie d’un plan social de sorte que mon premier jour de préavis sera le 1er mars 2021. Mon employeur m’a donc notifié à l’avance comme prévu par le plan social.
Il semble que la raison économique ne nécessite pas de justification écrite mais l’employé peut en faire la demande au service du personnel par courrier recommandé avec accusé de réception si nécessaire au plus tard 10 jours après la notification légale. Source.

  • Avantages d’un plan social

Le plan social en cours a été négocié préventivement sous l’impulsion des syndicats car mon employeur licencie quasiment non-stop tous les trimestres depuis plusieurs années et ré-embauche, en moins grand nombre, des collaborateurs plus jeunes (et moins coûteux) notamment des « Young Graduate » plus facile à former rapidement pour les nouvelles fonctions nécessaires à l’évolution de la société (bla bla bla). Il est évident que toutes les sociétés n’offrent pas de plan social au-delà des dispositions légales.

  • Période de « handover »

Période de 1 mois à continuer de travailler normalement sans perte d’aucun avantage afin de terminer les tâches et projets en cours et/ou effectuer un éventuel transfert de connaissance.

 

  • Période de redéploiement

Période de 2 mois en étant payé sans travailler afin de rechercher un nouvel emploi en interne ou en externe.
Perte des chèques-repas et du paiement de l’abonnement Internet.
La voiture et le PC de société doivent être rendus à la fin de cette période.
Le numéro de téléphone peut être conservé et, sur demande, sera transféré sur une carte pré-payée.

  • Indemnité supplémentaire à l’indemnité légale

Il s’agit d’un montant unique payé comme prime supplémentaire de départ et dont les modalités sont définies par le plan social négocié.

  • Durée du préavis ou montant de l’indemnité de rupture

Le calcul de la durée du préavis ou de l’indemnité de rupture d’un employé dépend de l’ancienneté et est de un mois par année commencée jusqu’en 2013 augmenté d’un certain nombre de semaines par année commencée depuis 2014. Source.
Notez que le calcul de la durée du préavis est identique pour les employés et les ouvriers depuis 2014.

Votre notification de licenciement doit indiquer la date de début du préavis et sa durée. La date de fin n’est pas indiquée car dans certaines circonstances, un préavis peut être suspendu. Source1. Source2 (COVID).

Si vous bénéficiez d’un plan médical et/ou d’un plan de pension complémentaire via votre employeur, ceux-ci restent actifs pour toute la durée de votre préavis même non-presté. Dans ce dernier cas, les participations patronales sont payées en une fois et les vôtres sont déduites de l’indemnité de rupture.

L’indemnité de rupture en cas de préavis non-presté doit être versée dans les 30 jours suivant le 1er jour de préavis. Il en va de même pour la prime supplémentaire venant du plan social si prime il y a.
Ces montant sont des montants bruts et il faut donc se renseigner pour savoir comment déclarer ces sommes aux impôts. Ne dépensez pas tout cet argent sous peine d’être fortement endetté après la prochaine déclaration d’impôts concernant ces montants !
Je ne sais pas encore comment seront taxés ces montants mais je vous tiens au courant dès que possible.

Voilà un premier épisode qui couvre ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Je publierai un nouvel épisode à chaque nouvelle information intéressante.

Li P’ti Fouineu vous salue bien !