I Quattro Elementi et Polyphonia en concert à Bousval et Auderghem

Chers amis qui aimez, appréciez la belle musique…

Voici arrivée la fin de la saison chorale qui se clôturera par deux concerts de l’ensemble vocal “ I Quattro Elementi” ,dirigé par notre cher Joël de Coster
                     le samedis 9 juin ,à 20 heures en l’église Saint-Barthélémy de Bousval ( place Communale, 1470) 
                    le dimanche 10 juin, à 17 heures en l’église Sainte-Anne d’Auderghem ( chaussée de Tervueren 85, 1160)
Nous vous offrons un programme aux atmosphères variées, allant de la musique sacrée , avec Victoria et Casals à la musique folk américaine en passant par une œuvre du talentueux Lauridsen, notre contemporain, qui a composé un hommage à la rose sur des poèmes de Rilke, en français!
Nous partagerons la scène avec Le choeur Polyphoniade Bruxelles qui vous interprètera des pièces de Duruflé, Miskinis, Poulenc et Stanfort.
Si vous voulez réserver et bénéficier du tarif de 10 € en prévente, voyez l’affiche en pièce jointe.
Voici une occasion pour vous en mettre plein les oreilles…
Au plaisir de vous y retrouver…

Marie-Christine et Rose-Marie

 

 

Concert Refurinn Kitsune le 5 mai – On a besoin de vous !

Bonsoir le Monde !

Refurinn Kitsune a besoin de vous pour la soutenir dans ses concerts et notamment ce samedi 5 mai à Charleroi avec aussi Le Marteleur !

Venez l’écouter, la ré-écouter ou la découvrir lors de ce concert intimiste organisé dans le Salon à Baba situé au 9B, Avenue du Centenaire, à Montignies/Sur/Sambre, à 3,5km de Charleroi. Il se situe à côté de la Station Service. Apéro dans la cuisine/bar dès 19:30 !

N’hésitez pas à transférer à d’autres !

Pour ceux qui ont Facebook, rendez-vous sur https://www.facebook.com/events/340368706368304/

Pour tous, voici un petit résumé de Refurinn Kitsune et du Marteleur:

*REFURINN KITSUNE
“Refurinn Kitsune, projet solo de Florence Cha! Cayron, est un isthme improbable entre deux eaux : à bâbord, le minimalisme mélancolique d’une pop vocale fantasmée ; à tribord l’électro-bricolage d’une passionnée du son. À la fois intime et ludique, évanescent et terrien – par ses échos, ses accrocs – Refurinn Kitsune est un fragile jeu d’amour et de hasard, contenant un parfait dosage de folie.” luvan

http://www.zamzamrec.org/RefurinnKitsune.html
https://zamzamrec.bandcamp.com/album/spacelight-shines-through-us
https://youtu.be/xVRlfg5im4k
https://youtu.be/X23ppkpvQXs

*MARTELEUR – Solo Guitar and Chamber Noise
Quand le projet solo d’un bassiste s’appelle Marteleur, cela ne peut que cogner et déglinguer ? Écartons cette fausse image de forgeron. Rangeons la « quatre cordes » et troquons la pour une guitare baryton, un instrument hybride au son plus grave.
Et là, commençons à marteler en douceur. Ou plutôt : laissons Marteleur appuyer ses rythmiques en boucles entêtantes. Poser ses riffs, construire sa trame mélodique et polir inlassablement les atmosphères électriques pour voir s’élever un son aux allures de « Chamber noise ».
Mais n’oublions pas que Marteleur est d’abord un bassiste. Les ambiances minimalistes ne le restent pas longtemps. Elles lui servent à assembler ses éléments musicaux dans de longues progressions, à construire des morceaux qu’il laissera s’envoler et que l’on regardera s’étioler au fil des ondes.

http://www.marteleur.com/
http://marteleur.bandcamp.com/
http://noisetrade.com/marteleur

PRIX LIBRE (au chapeau)
CONCERT PRIVÉ / PLACES LIMITÉES

Li P’ti fouineu vous salue bien !

Nouveau clip, texte et concert ce dimanche au Labokube ::: Refurinn Kitsune et Laryssa Kim

Bonsoir !


Aujourd’hui, c’est la sortie du 4e clip de Refurinn Kitsune.
Alma Divina est le dernier morceau de la face B de la cassette sortie sur le label indépendant ZAMZAMREC.
Cette chanson a été enregistrée sur l’harmonium de la collégiale de Saint-Aignan-sur-Cher. J’ai rajouté les voix de Divino et de ma nièce Alma qui chantonne des variations autours de son mot préféré, papillon et qui le féminise en mamillion.

J’ai récupéré les images d’archives de mon enfance, filmées en super 8 par mes parents. Avec l’aide de Mathieu Giraud, nous avons montés ces images afin d’en faire un beau clip. 
Je vous invite à le visionner ici : https://youtu.be/KVQirOPy59g 
************************************************************************************************

Invitation du Labokube pour les concerts de ce dimanche 15 avril :

“En ce dimanche, vous êtes invités à vous oublier sur le plancher du labokube. Que vous suivez vos rêves, ou que vous passez votre vie à la rêver, ce 15 avril sera pour vous l’occasion de les partager et d’écouter ceux de LARYSSA KIM et de REFURINN KITSUNE

Dans l’amplification de leurs voix, elles vous emmèneront dans la brume, vous ferons traverser la mer et vous abandonneront dans un jardin d’étoiles.” 

REFURINN KITSUNE : 20h
LARYSSA KIM : 21h

ADRESSE 

Pour venir rêver, rendez vous à partir de 18H dans l’arrière cours du 242 chaussée de Louvain, 1000 Brussels.

PRIX CONSEILLE 5,00 €





°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Pour terminer la chronique voici  un texte écrit par Aurélien Lemant à l’écoute de la cassette de Refurinn Kitsune ZZ049 :

” Tu tues tout le monde avec tes gymnopédies électroniques. 
Dis-moi quand même, avant de m’enfermer au pays de tes rêves : ne vaudrait-il mieux pas porter une combinaison haptique pour t’écouter donner à boire aux chevaux ?
Je suis le seul ou quoi ? Le seul à entendre hennir puis s’ébrouer plusieurs juments lorsque tu appelles ton troupeau ? Tu lâches un “La” avec des murmures et tout est dit dans des clochettes pour faire venir à toi les anges de la forêt, les hommes des bois, les sources tièdes.

Jo’s song c’est une baguette de coudrier et un appeau pour les elfes des villes et les rats des sphères. Toi, tu as une façon de commencer un album comme tous les autres finissent le leur. Et tu phases et tu bolérises à la vie à la mort. Avec ton faux bandonéon qui wah-ouate et ta fusée qui brondit. Quand tu commandes aux batteries, tu finis de commencer ce qu’ils ont lancé dans le ciel, pas très haut, mais assez pour que tous puissent voir : la fille déguisée en renard qui installe un piano dans les arbres la nuit venue.

Si je te comprends bien, le rêve du soleil, parce que c’est légèrement de ça que parle ta valse, ça se joue de nuit, tout chez toi est prétexte à soirée. Je hasarde ça, en humain un peu désuet : tu dis « la lumière de l’espace luit à travers nous » mais il nous faut faire semblant d’être dans le noir pour dire qu’on a vu cette lumière. Tu connais l’adage de Crowley et de John Dee avant lui, « chaque homme et chaque femme est une étoile ». Chez le premier (qui est le second), étoile est aussi à saisir comme star, et c’est pourquoi on peut t’entendre chanter Nina Simone comme une Jeffbucklette des églises abandonnées. Cette lumière-ci est nébuleuse, et c’est plutôt logiquement que tu cherches à communiquer avec les aliens. Mais si tu trifouilles les boutons et les touches de ta machine à parler, avec des bruits de masse et des tressautements de canaux, pour te signaler aux formes de vie autres, qui elles aussi reflètent tes propres éclats à la manière des comètes ou des pluies, c’est moins pour prouver l’existence de soucoupes et de complots que pour dire Hello aux étrangers de passage. Un premier contact est toujours très émouvant : une fois que l’on a mis en place un code stable et digne pour se faire des gestes par-dessus les problèmes réseau et les pannes de secteur – l’univers c’est petit, le même souci assaille vite tout le monde -, on peut hisser le piano encore un peu plus haut parmi les aiguilles du sapin pour s’en aller cueillir des carillons neufs et repiquer à la valse de tout à l’heure.

Dans ta réalité, on chantonne comme on jouit et on fantômatise comme on voit couiner un chiffon contre le miroir. Tu inventes la techno douce au bord d’une plage où même les vigiles dansent. C’est parce qu’il fait encore noir et qu’ils croient qu’on ne les voit pas. Ils sont comme nous, putain.

Et quand tout le monde s’en est rentré, tu déposes un dernier bébé sur cette même plage, à quatre pattes dans le sable pour expliquer aux tortues comment faire. C’est une messe et tu la joues face à l’océan pour dire au soleil que ça y est c’est bon : il peut se lever. Et si l’on écoute bien, le mot de passe pour le soleil et les enfants, c’est un nom d’insecte volatile polychromatique. Ce sont les enfants qui les premiers ont eu jadis l’idée du refrain. On leur doit nos comptines, eux ne sont redevables de rien. De rien, sauf de la production de lumière qui continue de percer à travers l’espace.”

– Aurélien Lemant

https://zamzamrec.bandcamp.com/…/spacelight-shines-through-…

www.zamzamrec.org/RefurinnKitsune.html

———————————————————————-

💜👽

Refurinn Kitsune en concert ce vendredi 6/04 à la Cheminée

Chèr.e.s,


des concerts et l’envie de vous voir ce vendredi 6 avril,
bienvenu.e.s !


REFURINN KITSUNE

GUILI GUILI GOULAG

F.U.T.U.R.OS.C.O.P.E


Ouverture des portes à 19h30

Premier concert à 20h30


PAF – 5 euros conseillé, pour les musiciens

La Cheminée
39 avenue du Bempt – 1190 Forest

Trams 82, 97, 32 après 20h – bus 50, arrêt Bempt.
(Suivre la haute cheminée au bout de l’allée pavée)



REFURINN KITSUNE

(Bruxelles)

Refurinn Kitsune est le projet solo de Cha!.
Le label ZAMZAMREC a sorti son premier album sur cassette.

https://zamzamrec.bandcamp.com/album/spacelight-shines-through-us


GUILI GUILI GOULAG
(Paris/Bruxelles)

Guili Guili Goulag c’est des cordes qui cognent, du rythme qui hypnotise et une voix qui sort du plancher.
Ça te chatouille autant que ça te rend hystérique.
C’est comme écouter à travers des canalisations rouillées, les incantations psychédéliques de membres d’une lointaine peuplade coincée entre différentes temporalités.
Une messe vodou, un culte étrange où un fétiche au langage improbable serait incarnée par la complicité malsaine d’une batterie, d’une basse et d’une harpe celtique.
Dès lors nos jambes et nos bras se mettent à danser autour d’eux.
Le moi s’effrite, laissant place à une meute animale crédule et suppôt des rites sordides à venir.”
      Adam Whisper (Les rites des Guilis, London, 1840)



F.U.T.U.R.OS.C.O.P.E
(Tours)


F.U.T.U.R.O.S.C.O.P.E est un trio avant tout relaxant. Julien Nicolaï y joue de la basse, Jean-Baptiste Geoffroy de la batterie et Antoine Serreau de la trompette.
Ils seront ravis de jouer lors de vos initiatives locales du type “trouver sa lumière intérieure en regardant à travers des minéraux”. Ils peuvent aussi vous aider à chercher votre chemin hors du cosmos. Ne pas écouter les nuits de pleine lune et/ou en étant tourné vers l’est. Ne pas boire d’eau dans les 30 minutes qui suivent la séance.


1 2 3 7