Backup: Considérations Générales

Bonsoir le Monde !

Dans notre société de plus en plus informatisée, nous sommes obligés de confier de plus en plus nos souvenirs (photos et films perso) et documents importants à nos PC, Mac, Tablettes ou Smartphones alors que ceux-ci sont très fragiles et ont une durée de vie limitée…

 

La durée de vie d’un PC ou d’un Mac de bureau est de 5 ans, pour un PC ou Mac portable, comptez sur 3 ans et seulement 2 ans pour un smartphone ou une tablette. Si vous dépassez ces durées, tant mieux pour vous mais souvenez-vous qu’il n’y a pas que la durée de vie matérielle qui entre en ligne de compte, il y a aussi:

 

  • l’évolution technologique – gros changement tous les 3 ans
  • votre appareil peut être abîmé ou détruit accidentellement
  • votre appareil peut être volé
  • etc …

 

Une seule solution s’impose: avoir plus d’une copie de nos documents électroniques, chacune étant conservée dans un endroit différent ! Par exemple sur un espace de stockage externe (= pas à l’intérieur de votre PC/Mac/Tablette/Smartphone).

 

Il y a plusieurs façons d’appliquer cette règle d’or mais une des plus simple est de faire un backup ou sauvegarde de ses documents vers un disque dur externe !

 

Un backup (ou une sauvegarde) n’est rien d’autre qu’une copie de l’ensemble des documents électroniques que vous souhaitez sauvegarder !

 

Ces fameux documents sont conservés sur votre PC/Mac/Tablette/Smartphone sous forme de fichiers.

 

Chaque fichier a son nom et un contenu propre (image/photo/dessin, film/vidéo, lettre, tableur, présentation, etc) et chacun occupe aussi une certaine place sur l’espace de stockage de votre système informatique.

 

L’espace de stockage peut être un disque dur et/ou un disque SSD pour PC et Mac, la mémoire interne avec ou sans carte mémoire microSD pour tablette et smartphone.

 

La capacité de l’espace de stockage s’exprime en Gigaoctets (Go) en français ou en GigaBytes (GB) en anglais

 

L’espace de stockage est divisé en répertoires (aussi appelés dossiers) et sous-répertoires où les fichiers sont rangés avec plus ou moins d’ordre et de logique.

 

Imaginez-vous une bibliothèque (l’espace de stockage) remplie de classeurs (répertoires), eux-mêmes contenant des intercalaires (sous-répertoires) et ces intercalaire contenant plein de factures (fichiers) sur lesquelles sont écrit toute sorte d’information (contenu des fichiers).

 

Paf ! Vous avez tout compris sur le disque dur !

 

Tout ce long préambule car avant de pouvoir faire un backup, vous devez savoir:

 

  1. quelle est la taille totale de l’espace de stockage qu’occupe l’ensemble des fichiers dont vous souhaitez sauvegarder une copie
  2. où se trouvent vos fichiers ? Autrement dit, quels répertoires faudra-t-il sauvegarder ?
  3. les frais engendrés par le backup valent-ils la peine ?

 

Connaître l’espace de stockage occupé par les fichiers que vous souhaitez sauvegarder permettra de sélectionner la capacité adéquate que devra avoir le disque externe ou le service de stockage externe pour accueillir votre ou vos sauvegardes:

 

  • capacité trop faible => vous ne saurez pas copier tous les fichiers souhaités vers cet espace externe de sauvegarde
  • capacité trop élevée => vous allez payer beaucoup trop pour rien

 

Où se trouvent mes fichiers ? Si vous ne savez pas où les trouver pour les copier, ça va être compliqué de faire une sauvegarde ! Vos fichiers sont plus ou moins bien organisés par type de contenu sous des répertoires principaux par exemple appelés “Mes Documents”, “Mes Images”, etc … pour un PC tournant sous Windows. Il arrive aussi très souvent que des documents soient stockés sur le “Bureau” (toujours sur PC).

 

Malheureusement, avec le temps et la création de nombreux répertoires et sous-répertoires, il devient difficile de retrouver un fichier précis et on fait donc souvent le backup de toutes les arborescences de répertoires censées contenir nos précieux fichiers…

 

Mes fichiers valent-ils les frais ? Avoir une idée du prix que l’on est prêt à consacrer au backup est important et va vous aider à ne sélectionner que le nécessaire. Un backup gratuit est possible pour une faible capacité uniquement; au-delà de quelques GB de capacité, il faudra soit payer mensuellement un service de stockage soit acheter un disque dur externe soit les deux suivant vos désidérata.

 

On voit que ces trois questions s’influencent mutuellement…

 

Chaque méthode de backup a ses avantages et ses inconvénients et j’essayerai d’expliquer tout ça dans les prochains articles sur le sujet…

 

Je compte suivre l’ordre suivant pour les prochains épisodes:

 

  • backup d’un PC sous Windows 10
  • backup pour Smartphone et tablette Android
  • backup pour PC sous Linux Ubuntu LTS

 

N’ayant ni Mac ni Smartphone ou tablette Apple, je ferai appel à l’équipe et essayerai de faire un article pour ces appareils également si possible.

 

Et maintenant, une petite histoire pour bien dormir:

 

Bit, octet, byte, Mb et MB – Qu’est-ce que c’est que ce foutoir ?

 

Accrochez-vous à vos basket et lisez ce qui suit quand vous êtes en forme même si j’ai simplifié à outrance:

 

Un bit est utilisé dans le système binaire et ne peut avoir que 2 valeurs: 0 ou 1

 

Pour se représenter l’usage qu’on peut en faire, imaginez un interrupteur qui commande la lampe du salon:

 

  • quand la lampe est allumée, l’interrupteur est en position 1 (le courant passe)
  • quand la lampe est éteinte, l’interrupteur est en position 0 (le courant ne passe pas)

 

Jusque-là, j’ose espérer que ça va ! Disons que cet interrupteur est représenté par un bit en informatique !

 

Les composants électroniques d’un ordinateur ne sont en fait capables que de faire ce que fait cet interrupteur mécanique: laisser passer ou stopper le courant.

 

Cet interrupteur mécanique étant manifestement beaucoup trop gros pour en caser plusieurs millions à l’intérieur de votre Smartphone par exemple, il a fallu miniaturiser et le composant électronique correspondant à cet interrupteur mécanique s’appelle un transistor.

 

Les premiers récepteurs radio utilisant ces transistors électroniques ont abusivement été appelés aussi transistors.

 

Le premier ordinateur, construit bien avant l’invention du transistor, utilisait des relais mécaniques (interrupteurs commandés électriquement), ne savait faire “que” les 4 opérations et occupait complètement une grande pièce de maison (et chauffait très fort): Le Mark 1.

 

Avec juste deux valeurs, 0 et 1, c’est un peu difficile de faire quelque chose d’aussi compliqué que les prouesses d’un ordinateur moderne…

 

Pour y arriver, on a commencé à mettre plusieurs bits en parallèle; par exemple en groupant 8 bits ensemble (pensez à 8 interrupteurs dont chacun peut allumer sa propre lampe), on obtient 256 possibilités (2 exposant 8 ou 2x2x2x2x2x2x2x2) d’allumage/extinction des huit lampes.

 

Avec 8 bits (256 codes), l’ordinateur peut déjà afficher les lettres de notre alphabet, minuscules et majuscules, les chiffres et divers caractères spéciaux !

 

Un ensemble de 8 bits s’appelle un octet en français et un byte en anglais (prononcez baïte)…

 

En abrégé, 1 bit est représenté par un b minuscule et un byte par un B majuscule.

 

Comme il fallait donc 1 byte (octet) pour représenter 1 caractère à l’écran mais aussi pour sauver ce caractère sur le disque dur, on a pris et gardé encore aujourd’hui l’habitude d’exprimer la capacité d’un disque dur en multiples de bytes (octets):

 

8 bits = 1 Byte  (8 bits = 1 octet)

1000 bytes = 1 KiloByte = 1 KB (1000 octets = 1 Kilooctet = 1Ko)

1000 KB = 1 MegaByte = 1 MB (1000 Ko = 1 Mégaoctet = 1Mo)

1000 MB = 1 GigaByte = 1 GB  (1000 Mo = 1 Gigaoctet = 1 Go)

1000 GB = 1 TeraByte = 1TB    (1000 Go = 1 Téraoctet = 1 To)

 

Je vous laisse calculer combien de caractères peut stocker votre disque dur !

 

Les calculateurs (CPU) de vos systèmes sont capables de manipuler 64 bits en parallèle ce qui représente 2 exposant 64 combinaisons possibles; c’est pour cela que Windows, Linux et autres sont actuellement “en 64 bits”; Windows XP était en “32 bits”…

L’ordinateur Commodore 64 était “8 bits”, le Sinclair QL et le premier PC IBM “16 bits” (DOS), Android est “32 bits” jusque la version 4.4 (KitKat), IOS devient 64 bits avec sa version 7.

 

Note: Si vous regardez de plus près les caractéristiques de votre ligne Internet, vous verrez que sa vitesse est exprimée en Mb/s c’est-à-dire en Mégabits par secondes !

 

Si vous voulez la comparer à la vitesse de votre disque dur ou de votre clé USB qui elle est exprimée en MB/s (MegaByte par seconde), vous devez donc diviser la valeur par 8 !

 

Exemple: ma ligne Internet a une vitesse de téléchargement de 50 Mb/s, ce qui signifie en fait 50/8 = 6,25  MB/s !!!! Faut être attentif, pas vrai !

 

Si vous êtes toujours là, vous connaissez maintenant les dessous de l’informatique et un peu de son histoire !

Li P’ti Fouineu vous salue bien !

 

 

VPN gratuits ? Késako ?

Bonjour le Monde !

Le VPN ou Virtual Private Network (réseau privé virtuel) est utilisé par les sociétés pour permettre à leurs salariés de connecter leur PC de façon sûre et encryptée vers la maison-mère d’où qu’ils se trouvent en créant une espèce de tunnel ou tuyau de communication direct et protégé entre le PC et le serveur VPN.
On parle de tunnel VPN car la communication étant encryptée, aucun serveur intermédiaire ne sera capable de la traduire ni de la comprendre car n’ayant pas la clé de décryptage.
Le serveur VPN est dans ce cas situé dans l’enceinte de la société et permet d’atteindre l’intranet (réseau intérieur) de la société.

Un VPN pour un utilisateur privé à la maison permet:

  • d’apparaître sur l’Internet comme venant d’un autre pays que son pays d’origine
    • Ceci permet d’utiliser informations et programmes qui seraient bloqués dans le pays d’origine que ce soit pour de bonnes ou de mauvaise raisons
  • d’encrypter la communication entre votre PC et le serveur VPN (plus d’encryption après le serveur VPN)
    • Ceci permet de s’affranchir des risques de piratage/virus lors de l’utilisation de WIFI public peu sécurisés ou compromis.
      C’est l’utilisation la plus utile d’un VPN pour tout le monde
    • Ceci permet aussi de garder ses communications privées en limitant ce que votre fournisseur Internet et autres peut faire de vos données que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons.
      C’est la deuxième raison valable d’utiliser un VPN

Dans ce cas, le serveur VPN est situé quelque part sur Internet et n’est pas dédicacé à une société ou un réseau en particulier. C’est ce serveur qui fait vos requêtes à votre place.

On voit assez vite que le VPN vous rend un peu de liberté et de confidentialité sur Internet mais vous expose aussi plus facilement à des comportements illicites dans votre pays sans même parfois que vous ne le sachiez !

Exemple: Molotov TV est un programme français gratuit qui permet de recevoir plein de chaînes TV habituellement payantes mais n’est pas autorisé en Belgique.
L’utilisation d’un VPN vous permet d’utiliser Molotov TV comme si vous étiez connecté en France mais, ce faisant, vous vous exposez à de lourdes amendes si vous regardez des émissions n’ayant pas d’accord de droits avec la Belgique.
Netflix et ses séries disponibles seulement aux USA, même combat !
Télécharger des séries Netflix bloquées dans votre pays par le même principe est tout-à-fait illégal !
Le service VPN vous permet de faire cela mais c’est vous qui restez responsable de ce que vous faites…
Il faut évidemment que vous vous fassiez prendre mais, perso, je trouve que le jeu n’en vaut pas la chandelle….

Notez que si vous souhaitez simplement télécharger du contenu bloqué dans votre pays, vous pouvez aussi utiliser un fournisseur de Proxy gratuit.
Il s’agit d’un tout autre service que le VPN, Il n’y pas d’encryption dans ce cas et le trafic peut être facilement intercepté/analysé par votre fournisseur Internet ou autres.
Pas de protection non plus contre les points WIFI foireux avec ce système.

Pour utiliser un “tunnel” VPN, il vous faut donc un client VPN qui va se connecter au serveur VPN du fournisseur que vous choisirez.

VPN

Le client VPN est un programme installé sur votre PC, Smartphone ou tablette.
OpenVPN décrit ci-dessous est un client VPN.
Windows 10 inclut son propre client VPN (cliquer sur l’icône de notification en bas à droite de l’horloge, puis VPN)
Presque tous les fournisseurs de VPN offre un client VPN à télécharger qui facilite la configuration.
D’autres fournissent simplement les paramètres à utiliser et parfois aussi un fichier de configuration pour OpenVPN.

Windows 10 permet donc l’utilisation d’un VPN sans installer le moindre programme.
Comme Windows 10 est truffé de “spyware” (petits programmes espion) de Microsoft, je ne lui ferais pas confiance si vous utilisez votre VPN pour contourner des droits d’accès…
Pas de soucis si c’est juste pour encrypter vos communications.

OpenVPN est un très bon programme client VPN gratuit en Open Source et est, à mon sens, préférable au client VPN de Windows 10.
Si vous comptez faire du téléchargement “dédouané”, utilisez plutôt un PC Linux avec le même OpenVPN mais à vos risques et périls.
Certains services VPN fournissent directement un fichier de configuration pour OpenVPN rendant ainsi les choses plus faciles à configurer.
Pour les geeks, FreeLAN est un autre client gratuit en Open Source.

L’inconvénient d’utiliser un serveur VPN est que vous serez limité par les capacités de ce serveur, d’où les différentes formules que l’on trouve dans les offres gratuites: limité en GB par période, limité en nombre de connexions, limité en vitesse de surf,  clé d’encryptage plus ou moins forte, nombre limité de lieux de sortie sur Internet, limité en protocoles de communication utilisables, etc…

Sur l’Internet, on trouve des fournisseurs de serveurs VPN gratuits et bien entendu payants.

Petit tour d’horizon des services gratuits en Novembre 2017 (infos fournisseur):

Service

Limite

de Data

Limite de

connexions

Lieux

Type

de clé

Limite

protocoles

Config

OpenVPN

Pub

Client

Log

Limite de

vitesse

Note

TunnelBear

0.5/mois

5

20+

AES-256

Non

?

?

Win, Mac,

Android, IOS

Non

Non

+1GB if Tweet

WindScribe

10/mois

Non

11

?

?

Non

Non

Win, Mac,

Linux, Android,  IOS et +

Non

?

+5GB if Tweet

+1GB per friend

HIDEme

2/mois

1

3

?

Oui

?

Non

Win, Mac,

Android, IOS

Non

3Mb/s +

à renouveler tous les mois

SecurityKiss

0.3/jour

?

4

?

Oui

?

Non

Win, Mac,

Linux, Android,  IOS et +

Oui

Pas d’inscription nécessaire

VPNBOOK

Non

?

6

AES-256

AES-128

Oui

Oui

?

Non

?

?

En anglais

 

Li P’ti Fouineu vous salue bien !

 

 

Re-Volt ça vous rappelle quelque chose ?

Bonsoir le Monde !

Re-Volt est jeu délirant de course de voitures téléguidées publié par Acclaim en 1999 !

C’est actuellement un abandonware qui est maintenu activement par une bande de fans un peu cinglés que je remercie vivement ici car grâce à eux,  Re-Volt est gratuit et tourne sur Windows (de XP à 10) et sur Linux !!!!!

J’ai testé les deux et ça marche du tonnerre !
Windows 10 build 1703 64 bits et Lubuntu 16.04 32 bits pour les geeks !

Les nostalgiques comme moi trouveront tout ce qu’il faut sur http://re-volt.io/downloads !

La majorité d’entre-vous utilise malheureusement Windows (qui a dit “prout” ?), donc voici comment faire, c’est ultra-simple:

  1. Télécharger Re-Volt for Windows with Music (c’est un fichier .7z)
  2. Installer 7zip depuis http://www.7-zip.org/ si vous n’avez pas encore ce petit bijou de programme gratuit (oubliez WinZip)
  3. Extraire le fichier téléchargé dans un dossier que vous nommerez Revolt (ou autre)
  4. Dans le dossier Revolt, faire un clic droit sur rvgl.exe, sélectionner Envoyer vers, puis Bureau (créer un raccourci)
  5. Fermer toutes les fenêtres pour voir votre bureau Windows
  6. Double-clic sur “rvgl.exe – Raccourci” (icône éclair orange) et c’est parti !
  7. À l’occasion renommer votre raccourci en  Re-Volt qui est un peu plus parlant…

Même moi qui ne suis pas joueur, j’ai joué à ce jeu il y a bien longtemps et j’y ai repris plaisir aujourd’hui !

Comme il n’y a pas de jeu digne de ce nom sans “cheat code”, vous les trouverez ici: http://wiki.re-volt.io/articles/cheats
Il y a aussi des possibilités de jouer en réseau ou en ligne…

Sur le site, vous trouverez même des “wallpapers” ou papier-peints ou fonds d’écran comme celui qui illustre cet article !

Pour Linux, c’est à peine plus compliqué mais bien expliqué aussi (bien qu’en anglais) et sans Wine !
Sous, Linux, le plus difficile c’est de … créer un raccourci sur le bureau ! Ça me fais bien rire …
Pour les rêveurs, il existe aussi une ancienne version pour Mac mais elle n’est plus maintenue.

Cet article vous a allumé ? Plein d’autres abandonwares vous attendent notamment sur https://www.abandonware-france.org/

Re-Volt

Li P’ti Fouineu vous salue bien !

1 2 3